développement, CIBLAGE & OPTIMISATION



Découvrir, breveter et développer des traitements innovants


ProGeLIFE développe deux familles brevetées de molécules, avec des modes d’administration adaptés à la population pédiatrique et à chaque maladie ciblée.

PGL201
La molécule brevetée PGL201 est en développement précoce et vise à proposer un traitement pour les patients atteints de Progeria.

PREUVES DE CONCEPT PRÉCLINIQUES :

> PGL201 dégrade la progérine
> bloque sa synthèse dans les cellules 

> ralentit le vieillissement accéléré provoqué par l'accumulation de progérine dans le noyau des cellules
inhibe la sécrétion, par les cellules exprimant la progérine,  de facteurs provoquant la sénescence des cellules voisines

 

MODE D'ADMINISTRATION SYSTÉMIQUE

PGL101
La molécule brevetée PGL101 est dédiée aux patients atteints de Xeroderma pigmentosum (maladie des « enfants de la lune »).

PREUVES DE CONCEPT PRÉCLINIQUES :

 > PGL101 ralentit l'apparition des lésions précancéreuses et des cancers de la peau induits par l’exposition aux UV  
> diminue le nombre et le volume de ces tumeurs
 
> diminue  le risque de récidive de ces lésions 
 
> facilite le traitement chirurgical, ce qui diminue la taille des cicatrices qu’il provoque
> améliore la vie des patients XP et de leur famille

MODE D'ADMINISTRATION TOPIQUE

La formulation galénique (crème) est en phase de finalisation, pour une application topique de la molécule afin de cibler spécifiquement les cellules de la peau. 

En raison de leurs mécanismes d’action, ces deux familles de molécules pourront bénéficier à d’autres maladies qu'elles soient rares ou plus communes




ProGeLife développe des médicaments pour deux maladies génétiques rares avec
                                    vieillissement accéléré et prématuré

PGL201 et PGL101
des stratégies adaptées
et performantes

PGL201, une molécule inhibitrice du protéasome
PGL201, une solution innovante pour dégrader la progérine

  • ProGeLife développe une stratégie innovante pour dégrader la progérine utilisant PGL201, une molécule inhibitrice du protéasome.
  • Le protéasomeprotéasome : Complexe macromoléculaire enzymatique localisé dans le cytosol et le noyau des cellules et constitué de plusieurs sous-unités. Certaines possèdent une activité ATPase, d'autres une activité protéasique fonctionnant à pH neutre. Dégrade en peptides des protéines préalablement marquées par des molécules d'ubiquitine. L'un des 2 moyens avec le lysosome permettant la dégradation des protéines dans les cellules., un complexe macromoléculaire composé de plusieurs sous-unitésSous-unité : Protéine faisant partie d’une macromolécule composée de plusieurs protéines, différentes ou non., et le lysosomelysosome : Compartiment cellulaire riche en enzymes fonctionnant à pH acide et capable de digérer toutes les familles de molécules biologiques (sucres, lipides, protéines, acides nucléiques), qu'elles soient d'origine intracellulaire ou extracellulaire., un compartiment membranaire, sont les deux outils utilisés par les cellules pour dégrader les protéinesProtéine : Molécule formée par plusieurs dizaines à plusieurs milliers d’acides aminés., qu’elles soient normales ou mutées.




Preuve de concept pré-clinique
obtenue à partir de cellules de patients Progeria en culture
DIMINUTION DE
80%
DE LA QUANTITÉ DE PROGÉRINE
Données obtenues dans des cellules de patients
Progeria ou atteints de maladies apparentées

 

  • PGL201, inhibiteur du protéasome, provoque la dégradation de la progérine dans les fibroblastes dermiques des patients atteints de Progeria. Deux autres molécules de la même famille, PGL202 et PGL203, donnent le même résultat.
  • Des inhibiteurs du protéasome approuvés par la FDA et l’EMA pour le traitement de leucémies lymphocytaires, le Bortezomib (BTZ), le Carfilzomib (CFZ) sont incapables de provoquer la dégradation de la progérine.
  • PGL201 réduit la quantité de protéines de la même famille que la progérine dans les cellules de patients atteints de maladies rares présentant un mécanisme physiopathologique proche de celui de la Progeria.

Preuve de concept pré-clinique
OBTENUE DANS LE MODÈLE DE SOURIS PROGERIA DÉVELOPPÉ DANS LE LABORATOIRE ACADÉMIQUE
DIMINUTION DE 
80%
DE LA QUANTITÉ DE PROGÉRINE
Chez la souris Progéria

 

  • L’injection intramusculaire de PGL201 chez la souris Progeria induit la dégradation de la progérine et réduit sa production par les cellules musculaires.

     

PREUVE DE CONCEPT PRÉ-CLINIQUE
OBTENUE DANS LE MODÈLE DE SOURIS REPRODUISANT LA MALADIE XERODERMA PIGMENTOSUM

DIMINUTION DE 
50%
À LA FOIS DU NOMBRE ET DU VOLUME DE CANCERS CUTANÉS
dans le modèle de souris reproduisant la maladie humaine Xeroderma pigmentosum
PGL101
une stratégie efficace
pour diminuer le nombre et le volume
des cancers de la peau
induits par les UV
L’inhibition PAR le PEPTIDE PGL101 de la NADPH oxydase de type 1 ( NOX1NOX1 : Complexe de deux protéines membranaires, p67 et p22, et de trois protéines cytosoliques, Rac1, NOXA1 et NOXO1. Après son activation, le complexe NOX1 produit des espèces réactives de l’oxygène (ERO) via sa sous-unité catalytique p67. ), activée par les lésions de l'ADN induites par les UV, permet LA RÉGRESSION des cancers de la peau en bloquant la production de ROSROS : Acronyme de Reactive Oxygen Species : Espèces réactives de l'oxygène (ERO) dérivées de l’oxygène, produites entre autres par les NADPH oxydases dont NOX1. L’eau oxygénée (H2O2) est l’un des ROS. En faible quantité, pendant un temps court, agissent comme signaux de communication. En forte quantité, responsables de lésions des molécules cellulaires, en particulier de l’ADN. par NOX1


1
2
3

Chez la souris témoin ou chez la souris reproduisant la maladie Xeroderma pigmentosum, l’application topique de PGL101 prévient l’apparition des cancers ou diminue le volume des tumeurs induites par l’irradiation avec des UV.

  • Prévention des cancers cutanés induits par les UV : PGL101 en application topique pendant 6 semaines avant irradiation UV (3 fois par semaine) diminue de 50% le volume des cancers chez la souris témoin et chez la souris reproduisant la maladie XPXP : Acronyme de Xeroderma Pigmentosum, un ensemble de maladies génétiques rares caractérisées par une anomalie de l’un des mécanismes de réparation des lésions de l’ADN. Selon la protéine en cause, on distingue 8 types de maladie XP : XPA, XPB, XPC, XPD, XPE, XPF, XPG et XPV.
  • Traitement des cancers cutanés induits par les UV : après l'apparition des cancers, PGL101 en application topique pendant 6 semaines diminue de 50% leur volume chez la souris témoin et chez la souris reproduisant la maladie XPXP : Acronyme de Xeroderma Pigmentosum, un ensemble de maladies génétiques rares caractérisées par une anomalie de l’un des mécanismes de réparation des lésions de l’ADN. Selon la protéine en cause, on distingue 8 types de maladie XP : XPA, XPB, XPC, XPD, XPE, XPF, XPG et XPV..

PGL101 : une solution topique pour prévenir l’apparition des cancers induits par les UV dans 3 autres populations à risque. Ces tumeurs présentent un taux de récidive très élevé. 

  • Les patients ayant reçu une greffe d’organe solide et placés sous traitement immunosuppresseur : 130 000 nouvelles greffes sont réalisées chaque année dans le monde. Environ 40% de ces patients développent des cancers de la peau non mélanome induits par les UV dans les 5 années après la greffe.
  • Les patients sous traitement immunosuppresseur (hors greffe) (maladie de Crohn, polyarthrite rhumatoïde...) sont plus de 20 millions (USA + Europe).
  • Dans la population générale (âgée) apparaissent tous les ans 13 millions de nouveaux cancers non-mélanome et 130 millions de nouvelles lésions de kératose actinique (USA + Europe).

PGL101 : une solution topique pour diminuer le volume des tumeurs induites par les UV, facilitant ainsi le geste chirurgical tout en minimisant ses conséquences en termes de cicatrice et de réparation esthétique souvent nécessaire (greffe de peau…).

1 molécule (PGL201) qui diminue de
80%
la quantité de progérine
1 molécule (PGL101) qui diminue de
50%
le nombre et le volume de cancers
de la peau induits par les UV